Brazzaville : Du 05 aau 09 Juin 2017, 6ème rencontre de l'ALIAM. || Brazzaville : Du 05 aau 09 Juin 2017, du 7ème symposium de carcinologie. || Brazzaville : Du 05 aau 09 Juin 2017, 1er atelier d'immunohistochimie des cancers. || Brazzaville : Du 05 aau 09 Juin 2017, Forum des Premières Dames d'Afrique.

Lutte contre le paludisme : une distribution en vue des moustiquaires imprégnées

Lutte contre le paludisme : une distribution en vue des moustiquaires imprégnées-IllustrationL’atelier sur le macro plan, relatif au projet d’appui à l’organisation de la campagne de distribution de masse des moustiquaires imprégnées à longue durée d’action, s’est ouvert le 23 août à Brazzaville. La campagne proprement dite débutera en juillet 2019. Tous les acteurs impliqués dans le processus veulent s’y prendre à temps pour cerner les contours liés à l’opération distribution de masse des moustiquaires imprégnées afin que celle-ci soit un succès sur toute l’étendue du territoire national. « L’objet du projet est de contribuer à la réduction de moitié d’ici à 2021 de la morbimortalité imputée au paludisme », a indiqué Coffey Charity Gribbin, représentante de Catholic relief services (CRS), structure chargée de la gestion des fonds mis à disposition par le Fonds mondial sur ce projet. Selon elle, 90% de ménages devraient être atteints par la campagne en vue. Le paludisme est, en effet, un véritable problème de santé publique au Congo. Les chiffres évoqués par le directeur de cabinet de la ministre de la Santé et de la population, Florent Balandamio, en témoignent. Toutes les couches de la population sont exposées au risque de contracter la maladie, les enfants et les femmes enceintes étant les plus vulnérables. « Le paludisme est la première cause de consultation 69,8%, d’hospitalisation 64,8% et de mortalité 18, 4%. Pour les moins de 5 ans, le paludisme représente 52, 8% de cause de consultation externe, 44,1% des causes d’hospitalisation et 28% des causes de décès dans les hôpitaux », a-t-il révélé. Dans l’optique de gagner le combat contre le paludisme, à en croire Florent Balandamio, il est important que tous les acteurs impliqués unissent leurs forces et utilisent avec rigueur les ressources mises à disposition dans un contexte de crise économique et financière. « Le lancement ce jour de la mise en œuvre des activités de la subvention placée sous la gestion CRS est une occasion pour rappeler les obligations des uns et des autres vis-à-vis de la population », a indiqué le directeur de cabinet de la ministre de la Santé et de la population. Parmi les structures impliquées dans ce projet figurent, l’OMS, l’Unicef, le Programme national de lutte contre le paludisme, le Comité de coordination des projets financés par le Fonds mondial, la Croix-Rouge. Tous les directeurs départementaux de la santé prennent également part aux travaux de cet atelier qui prendra fin le 25 août.