MINISTERE DE LA SANTE, DE LA POPULATION, DE LA PROMOTION DE LA FEMME ET DE L'INTEGRATION DE LA FEMME AU DEVELOPPEMENT

JOURNEE MONDIALE DE LA SANTE

MESSAGE DU GOUVERNEMENT

LU PAR

MONSIEUR GILBERT MOKOKI, MINISTRE DE LA SANTE ET DE LA POPULATION, A L’OCCASION DE LA JOURNEE MONDIALE DE LA SANTE, LE 7 AVRIL 2022

  • Congolaises, Congolais ;
  • Mesdames et Messieurs ;

La première assemblée générale de l’Organisation Mondiale de la Santé s’était tenue en 1948.

Au cours cette assemblée, il avait été décidé, qu’à partir de 1950, les Etats membres devraient célébrer la journée mondiale de la santé, le 7 avril de chaque année, non seulement pour rappeler la création de ladite organisation, mais aussi pour saisir l’opportunité d’attirer l’attention du monde sur un sujet d’importance majeure en lien avec la santé.

Cette année, le thème retenu est « Notre Planète, notre santé »

Le choix de ce thème est justifié par les menaces croissantes de l’humanité déjà fragilisée par les maladies infectieuses, l’éclosion des nombreuses pandémies très contagieuses et meurtrières, comme EBOLA, Covid-19 et bien d’autres.

La planète enregistre de plus en plus des phénomènes hostiles à l’existence humaine comme le réchauffement climatique, la pollution de l’air et de l’eau.

Le thème retenu établit un lien étroit entre le déclin de l’environnement et l’apparition des plusieurs maladies qui contribuent à l’augmentation des taux de mortalité dans le monde, impactant ainsi négativement le développement des pays.

C’est sur ce triptyque « environnement – santé –Développement » qu’il faudra désormais composer pour le bien-être de l’humanité.

Malgré que la crise climatique menace de réduire à néant les progrès réalisés au cours des cinquante dernières années en matière de développement, l’humanité continue à développer des activités qui ont une influence négative sur les déterminants de la santé.

Selon l’OMS, la pollution de l’air par plusieurs types de gaz comme le dioxyde d’azote et de l’eau par les déchets de tout genre tue actuellement 13 personnes chaque minute.

La production des déchets se poursuit à une quantité plus importante et on estime qu’elle augmentera de 70% d’ici 2050 pendant que leur gestion devient très complexe, surtout dans les pays sans politique de recyclage des déchets.

Les sources d’eau polluées engendrent plusieurs maladies d’origine hydrique, surtout chez l’enfant de moins de 5 ans.

L’OMS affirme que 2 milliards de personnes n’ont pas accès à l’eau potable dont l’une des causes est la pollution.

En plus de la pollution, on note aussi le phénomène de déforestation et de dégradation des forêts qui contribuent au réchauffement climatique et nuisent à la santé. 

Face à cette situation, notre Gouvernement a fait de la question de « sauvegarde environnementale » un défi majeur auquel il faut répondre de façon responsable et permanente.

C’est ainsi que les questions de l’environnement constituent l’une des priorités du Plan National de Développement 2022-2026.

Le Ministère en charge de la santé, dans ses priorités, met un accent sur la promotion de la santé, afin d’amener les populations congolaises à comprendre le lien entre l’environnement et leur bien-être.

Les plans, les stratégies, les instruments et les outils de promotion et de lutte contre les grands phénomènes de santé ont été élaborés et actualisés et budgétisés dans le cadre de l’approche « une seule santé ».

  • Congolaises, congolais ;
  • Mesdames et Messieurs ;

La question de la préservation de l’environnement est une affaire de survie collective et l’assainissement de nos villes et villages concernent tous les habitants.

Elle exige une conscience citoyenne.

Les pneus et carcasses des véhicules, ainsi que d’autres récipients qui jonchent nos artères, doivent être détruits.

Les caniveaux d’évacuation des eaux qui s’engorgent en matières plastiques et d’autres déchets sous nos yeux doivent disparaitre, parce que favorisant le développement et la prolifération des vecteurs du paludisme, du Chikungunya, de la fièvre jaune et bien d’autres…

Face au déclin de l’hygiène environnementale, il faut opposer :

  • L’exécution des dispositions de la circulaire du Premier Ministre, Chef du Gouvernement, sur l’assainissement obligatoire, le premier samedi du mois ;
  • L’accomplissement du planting d’arbres à l’occasion de la journée nationale de l’arbre pour contribuer efficacement à la lutte contre les érosions et des glissements de terrain ;
  • la mise en œuvre des initiatives citoyennes de bonne gestion des déchets et des ordures ménagères dans les quartiers et dans les villages ;
  • la promotion de la notion de préservation citoyenne de notre environnement  dans les écoles, les universités, les églises et les mosquées;
  • la construction des latrines à fosse ventilée.

-Congolaises, congolais ;

-Mesdames et Messieurs ;

La planète se dégrade, l’environnement devient très hostile à notre santé.

Les réponses à la menace environnementale ne sont pas l’apanage des décideurs politiques. Elles doivent aussi préoccuper chaque citoyen. Chacun doit aussi œuvrer en faveur de la sauvegarde environnementale pour améliorer notre santé.

JE VOUS REMERCIE

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on telegram
Telegram
Share on linkedin
LinkedIn
Share on pinterest
Pinterest