MINISTERE DE LA SANTE, DE LA POPULATION, DE LA PROMOTION DE LA FEMME ET DE L'INTEGRATION DE LA FEMME AU DEVELOPPEMENT

Près 400 milles personnes ont bénéficié d’un traitement gratuit du pian dans la Likouala et la Sangha

Le Ministre de la santé et de la population, M. Gilbert Mokoki, et le Ministre de l’administration du territoire, de la décentralisation et du développement local, M. Guy Georges Mbaka, ont lancé la Campagne de traitement de masse et de dépistage actif du pian vendredi 29 avril 2022 à Impfondo, chef-lieu du département de la Likouala.

Placée sous le thème : « Pour zéro cas de pian, je prends gratuitement mon Azythromicyne », organisée du 29 avril au 1er mai 2022, a permis de distribuer gratuitement ce médicament près de 400 milles personnes souffrant du pian ou non vivant dans les départements de la Likouala et de la Sangha. Pour les non malades, le traitement est pris à titre préventif.

C’est une initiative du ministère en charge de la santé, à travers le Programme National de lutte contre la lèpre, le pian et l’ulcère de Buruli (PNLLPUB) qui met en œuvre le Projet d’Eradication du pian et la surveillance intégrée de la lèpre et l’ulcère de Buruli. La campagne a bénéficié, entre autres, de l’appui de la Coopération allemande, de l’OMS, de l’Organisation de Coordination pour la lutte contre les Endémies en Afrique Centrale (OCAC) et de la Santé pour les plus démunis (FAIRMED). Selon le Représentant de l’OMS au Congo et porte-parole des donateurs, cet appui est estimé à près de 600 millions de francs CFA.

La campagne de traitement de masse et de dépistage actif du pian dans la Likouala et la Sangha s’aligne sur la nouvelle stratégie d’éradication de la maladie élaborée par l’OMS en 2018. La stratégie repose sur le traitement de masse (ou traitement de toute la communauté) consistant à administrer une dose orale d’Azithromycine à l’ensemble de la population vivant dans les régions touchées par le pian.

Selon Bonaventure Savadogo, coordonnateur du Projet Maladies tropicales négligées (MTN) de l’OCEAC, cette stratégie a été préconisée pour remplacer l’ancienne qui consistait à chercher chaque malade individuellement pour lui administrer le traitement sans prendre en compte les membres de sa communauté. Désormais, dès qu’un cas de pian est enregistré au sein d’une communauté, l’on procède au traitement de masse de tous ses membres.

L’Azithromycine, est considéré comme la dernière molécule efficace contre le pian. Une prise en dose unique suffit pour guérir la maladie. Selon l’OMS, « Il n’existe pas de vaccin contre le pian. L’éducation sanitaire et l’amélioration de l’hygiène personnelle sont des composantes clés de la réduction de la transmission. Les personnes ayant été en contact avec des patients atteints de pian doivent recevoir un traitement empirique. »

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on telegram
Telegram
Share on linkedin
LinkedIn
Share on pinterest
Pinterest